Retour à la page d'accueil
Retour à la page d'accueil

Extraits du NUMÉRO 9
(Janvier / Février / Mars 2004)
 
Mode des paniers pour gonfler les jupons
(Extrait de l'article paru dans le numéro 9)

D'origine obscure, les jupes montées sur des paniers seraient d'importation anglaise ou allemande. L'engouement dont elles jouissent en France prend vraisemblablement naissance en 1718, lorsque deux dames de cour ont l'imprudence, ou l'impudence, de s'exhiber ainsi en public.

Conquérant le cœur des demoiselles au grand dam des mères, cette nouvelle mode s'attire plus tard les foudres des jansénistes, avant qu'une actrice de l'Opéra n'initie vers la fin du XVIIIe siècle la lente et déchirante extinction de paniers que l'étiquette avait longtemps adulés.

A l'annonce des modes du temps de Louis XV, il n'est personne qui ne songe sur-le-champ aux paniers. La réminiscence est inévitable. Elle aurait fait sourire il y a vingt-cinq ans (1850) ; aujourd'hui tous les respects sont acquis à l'aïeul de la crinoline et du pouf...

 

Le panier, sujet de crainte et de moquerie
(Extrait de l'article paru dans le numéro 9)

Un témoignage du temps montre que si elle semble faire le bonheur des dames à la mode dès 1716, la jupe à panier se heurte aux plus vives railleries et suscite la controverse. Cette lubie volumineuse, annonciatrice selon les uns de la chute du roi de France, fait craindre les autres qu'on ne puisse bientôt plus arpenter facilement les rues...

 

Mademoiselle Margot, reine du panier
(Extrait de l'article paru dans le numéro 9)

La mode des vertugadins, contre laquelle les prédicateurs s'étaient souvent élevés avec force, reprit grande faveur au commencement du dernier siècle seulement (XVIIIe siècle), leur nom fut changé en celui de paniers...

 

 
Autres extraits de ce numéro de La France pittoresque
 
Commander ce numéro de La France pittoresque
 

 


 
Numéro 9
(Janvier / Février / Mars 2004)

 
Commander ce numéro de La France pittoresque