Retour à la page d'accueil
Retour à la page d'accueil

Extraits du NUMÉRO 17
(Janvier / Février / Mars 2006)
 
Lit, literie au Moyen Age : modes et singuliers usages
(Extrait de l'article paru dans le numéro 17)

Principal ornement des chambres du Moyen Age, le lit en métal est abandonné au profit de celui en bois peint ou sculpté dès le XIIIe siècle et dans lequel on couche nu. Un temps le luxe des draperies l'emporte sur la décoration des panneaux. Immense au XVe siècle, ce meuble accueille parfois simultanément père, épouse, enfants ou plusieurs hôtes.

Le mot lit est issu du latin lectus, que Festus dérive de legere, pris dans la signification d'amasser, parce qu'on ramassait les choses dont il était primitivement composé, c'est-à-dire des feuilles et de la paille. Les lits des Grecs étaient déjà constitués d'une couchette sanglée, garnie de matelas et de couvertures. Sur l'exemple des nations...

 

La bassinoire, ancêtre de la bouillotte
(Extrait de l'article paru dans le numéro 17)

A partir du XIVe siècle, on commença à bassiner les draps. Le procédé qu'employait Charles le Mauvais est assez étrange. Une fois le prince couché, un valet introduisait dans le lit une sorte de longue trompette, au moyen de laquelle il faisait pénétrer entre les draps de l'air chaud. Chroniqueur contemporain, Froissart écrit...

 

Le lit tenu en haute estime
(Extrait de l'article paru dans le numéro 17)

Pendant le Moyen Age (et jusqu'au XVIIIe siècle), il était d'usage de bénir le lit des nouveaux mariés avant la première nuit de noces. Le prêtre aspergeait d'eau bénite le lit et les deux époux étendus l'un près de l'autre, les engageant de persévérer dans la foi chrétienne et, suivant l'expression de l'Écriture, à multiplier...

 

 
Autres extraits de ce numéro de La France pittoresque
 
Commander ce numéro de La France pittoresque
 

 


 
Numéro 17
(Janvier / Février / Mars 2006)

 
Commander ce numéro de La France pittoresque