Retour à la page d'accueil
Retour à la page d'accueil

Extraits du NUMÉRO 20
(Octobre / Novembre / Décembre 2006)
 
Les kyriolés, procession et banquet vosgiens
(Extrait de l'article paru dans le numéro 20)

Le sacré et le profane concourent à rendre la fête printanière des kyriolés extrêmement agréable et chère aux populations y participant, alliant procession religieuse et banquet sans le moindre débordement à déplorer.

Redevance féodale, la manifestation des kyriolés était avant tout un acte de religion, un pieux pèlerinage, mais en même temps une grande et joyeuse solennité. Le kyriolé de Saint-Amé débutait par la protestation qu'on faisait un pèlerinage : « Criaulé ! Gentil sire saint Amé ! Criaulé J'allons en pèlerinage ! Criaulé Tous les mots que nous dirons...

 

Le roi de France approuve les « kyriolets »
(Extrait de l'article paru dans le numéro 20)

« Convenus entre Madame Dorothée, princesse de Salm, abbesse, et les dames chanoinesses à elle jointes, d'une part, et les dames doyennes, chanoinesses et Chapitre, d'autre part », les 455 articles convenus décrivant les pratiques de l'église de Saint-Pierre de Remiremont, furent arrêtés par les commissionnaires du roi de France, ce dernier...

 

 
Autres extraits de ce numéro de La France pittoresque
 
Commander ce numéro de La France pittoresque
 

 


 
Numéro 20
(Octobre / Novembre / Décembre 2006)

 
Commander ce numéro de La France pittoresque