Retour à la page d'accueil
Retour à la page d'accueil

Extraits du NUMÉRO 20
(Octobre / Novembre / Décembre 2006)
 
L'armoise tire-t-elle ses vertus de la lune ?
(Extrait de l'article paru dans le numéro 20)

On prête au sourcil de lune qui s'épanouit sous les rayons d'un astre rythmant selon nos ancêtres la ménorrhée, la faculté de faciliter celle-ci, mais aussi de chasser le diable, préserver du poison ou fortifier l'estomac.

Pour les Grecs, l'armoise (Artemisia vulgaris) tenait son nom d'Artémis Illythie, la déesse des accouchements et surtout divinité lunaire ; or ils recommandaient tout particulièrement l'armoise pour les maladies des femmes, dont les menstrues passaient pour être dans la dépendance des phases de la Lune. On l'appelait encore lycophrys, sourcil de lune...

 

 
Autres extraits de ce numéro de La France pittoresque
 
Commander ce numéro de La France pittoresque
 

 


 
Numéro 20
(Octobre / Novembre / Décembre 2006)

 
Commander ce numéro de La France pittoresque