Retour à la page d'accueil
Retour à la page d'accueil

Extraits du NUMÉRO 23
(Juillet / Août / Septembre 2007)
 
La Saint-Charlemagne récompense les écoliers
(Extrait de l'article paru dans le numéro 23)

Instituée par Louis XI en 1479 en l'honneur de l'illustre roi des Francs considéré à tort comme le fondateur de l'Université de Paris, la Saint-Charlemagne, jour de congé pour les écoliers, ne s'imposa pourtant point avant le XVIIe siècle, cette réticence trouvant peut-être sa source dans une canonisation prononcée par un antipape.

La Saint-Charlemagne, à laquelle tous les écoliers d'antan pensaient dès la rentrée des classes, est issue d'une ancienne tradition faisant remonter l'origine de l'Université de Paris jusqu'au règne de l'illustre roi des Francs, l'Université elle-même célébrant cette fête comme celle de son fondateur. Mais les faits ne répondent pas à cette opinion généralement répandue. Il n'en pourrait être ainsi que si l'on considérait l'Ecole Palatine et les différentes écoles...

 

Charlemagne œuvre en faveur de l'école mais ne fonde pas l'Université
(Extrait de l'article paru dans le numéro 23)

Conquérant, législateur, politique, amateur et protecteur des lettres, des sciences et des arts, Charlemagne avait le goût et le sentiment innés de ce qui rend l'homme puissant et noble sur la terre. Agé de trente ans et déjà roi, il savait à peine écrire. C'est alors cependant qu'il exerça à mouler des lettres romaines sa main plus habile à manier l'épée. Plus tard il apprit la grammaire d'un diacre italien, Pierre de Pise...

 

Une fête survivant à la tourmente révolutionnaire
(Extrait de l'article paru dans le numéro 23)

L'institution de la Saint-Charlemagne fut très sérieusement menacée lors de la Révolution. Le procès-verbal de la séance du 28 janvier 1793 du Conseil Général de la Commune, qui siégeait à l'Hôtel-de-Ville, l'atteste. Réal, substitut du procureur de la Commune qui devait être plus tard conseiller d'État et comte de l'Empire, se lève et s'exprime en ces termes : « Je vais vous parler de deux hommes, l'un mort il y a à peu près mille ans, l'autre principal...

 

 
Autres extraits de ce numéro de La France pittoresque
 
Commander ce numéro de La France pittoresque
 

 


 
Numéro 23
(Juillet / Août / Septembre 2007)

 
Commander ce numéro de La France pittoresque