Retour à la page d'accueil
Retour à la page d'accueil

Extraits du NUMÉRO 23
(Juillet / Août / Septembre 2007)
 
Encres de bois et plumes de cygne
(Extrait de l'article paru dans le numéro 23)

Si les anciens usèrent pour écrire de tablettes de cire gravées au stylet, ils n'en connurent pas moins la plume et l'encre liquide, qui très tôt se répandirent en Europe. Noire, l'encre provenait d'une décoction d'os ou de résine ; rouge et donnant naissance aux rubriques, d'un coquillage.

Les prêtres égyptiens se servaient, pour écrire, de plumes d'oiseau, un passage de saint Clément d'Alexandrie attestant que le scribe sacré paraissait à l'une des processions solennelles, « portant des plumes sur la tête et tenant à la main les instruments de l'écriture ». Venu d'Egypte, l'usage de plumes à écrire s'introduisit en Europe dans les premiers jours de l'ère chrétienne. Un vers de Juvénal (XIe satire) semble...

 

Manuscrits en lettres d'or, adulés ou conspués
(Extrait de l'article paru dans le numéro 23)

Parmi les anciens manuscrits qui nous restent, il en est beaucoup dont les titres, les initiales, les vignettes, les encadrements sont ornés d'argent et d'or ; quelques-uns sont entièrement écrits en lettres d'or ou en lettres d'argent. L'usage de ces encres précieuses est fort ancien ; l'exemplaire des livres saints, envoyé par le grand-prêtre Éléazar au roi Ptolémée, était écrit avec de l'encre d'or sur des peaux très minces. Ce luxe ne fut pas inconnu aux Latins...

 

 
Autres extraits de ce numéro de La France pittoresque
 
Commander ce numéro de La France pittoresque
 

 


 
Numéro 23
(Juillet / Août / Septembre 2007)

 
Commander ce numéro de La France pittoresque