Retour à la page d'accueil
Retour à la page d'accueil

Extraits du NUMÉRO 23
(Juillet / Août / Septembre 2007)
 
Conté brise le monopole anglais du crayon moderne
(Extrait de l'article paru dans le numéro 23)

Utilisé dès le XIe siècle, le crayon de plomb est bientôt détrôné par celui de plombagine, anglais et préfigurant le crayon moderne, avec sa mine entourée de bois et ne déchirant pas le papier, l'Histoire retenant pourtant le nom de l'ingénieux Conté qui, en 1795, s'illustre dans cette industrie.

De temps immémorial on se servit de poinçons de métal pour régler le parchemin et obtenir une écriture régulière, mais le papier connu, on s'aperçut que cette méthode présentait le défaut de couper la nouvelle matière. Si dès le commencement du XIe siècle, on se servit, en France, en Italie et ailleurs, de petits cylindres taillés en pointe ou crayons de plomb, leur utilisation se répandit avec le développement des applications du papier...

 

Conté l'artiste physicien
(Extrait de l'article paru dans le numéro 23)

Dans son rapport du 25 mai 1796, l'Institut ne tarit pas d'éloges sur Conté : « Pour bien faire connaître à l'Institut le degré de confiance que méritait dès lors le travail préliminaire de ce citoyen, et l'espérance qu'il devait faire concevoir, nous observons que Conté, livré longtemps à la peinture, avait en même temps cultivé la physique, la mécanique et la chimie, qu'il avait fait des applications...

 

 
Autres extraits de ce numéro de La France pittoresque
 
Commander ce numéro de La France pittoresque
 

 


 
Numéro 23
(Juillet / Août / Septembre 2007)

 
Commander ce numéro de La France pittoresque