Retour à la page d'accueil
Retour à la page d'accueil

Extraits du NUMÉRO 30
(Avril / Mai / Juin 2009)
 
Guy de Chauliac, Hippocrate du XIVe siècle ?
(Extrait de l'article paru dans le numéro 30)

Doué d'une heureuse perspicacité, d'un esprit droit et d'une raison sévère, le garçon de ferme Guy de Chauliac devient docteur en médecine, prêtre, chambellan, chapelain et médecin du pape, se distingue lors de la peste de 1348 à Avignon, et s'élève au-dessus des préjugés de son temps pour réhabiliter la pratique d'opérations chirurgicales tombées en désuétude.

C'est en 1163, sous le règne de Louis VII, que la chirurgie fut séparée de la médecine. Le concile de Tours défendit aux ecclésiastiques toute opération sanglante, sous prétexte que l'église abhorre le sang. On sait que ce furent les chanoines de Paris qui, peu avant 1180, déchiffrèrent les écrits des Grecs et qu'ils prirent le nom de physiciens ou observateurs de la nature...

 

Chauliac préfère le bistouri au fer chaud et à l'emplâtre
(Extrait de l'article paru dans le numéro 30)

Ne rapportant pas seulement la peste à l'influence alors très en vogue des astres et qu'il vaut mieux invoquer comme cause surnaturelle pour satisfaire l'ignorance du peuple - il cherche à expliquer cette épidémie par les conjonctions de Saturne, Jupiter et Mars -, Guy de Chauliac lui reconnaît des causes particulières. Il arrive dans ce...

 

Quand Chauliac réhabilite la chirurgie
(Extrait de l'article paru dans le numéro 30)

Guy de Chauliac était maître en médecine de l'Université de Montpellier, le plus haut grade dans cet art, et que l'on n'obtenait qu'après de longues études, avoir passé par le baccalauréat et la licence, avoir pratiqué en dehors de Montpellier et avoir fait des lectures aux étudiants. Les titres de physicus et de medicus n'étaient quant à eux pas universitaires, mais employés par les chancelleries et le public...

 

 
Autres extraits de ce numéro de La France pittoresque
 
Commander ce numéro de La France pittoresque
 

 


 
Numéro 30
(Avril / Mai / Juin / Mars 2009)

 
Commander ce numéro de La France pittoresque