Retour à la page d'accueil
Retour à la page d'accueil

Extraits du NUMÉRO 34
(Avril / Mai / Juin 2010)
 
La corporation des cordonniers jugée écrasante
(Extrait de l'article paru dans le numéro 34)

Occupant une place prépondérante au XIIIe siècle, la fabrication et le commerce de la chaussure font appel aux savetiers, sueurs et surtout cordonniers, dont les maîtres et leur famille bénéficient de privilèges parfois jugés excessifs, et dont les jurés organisent des visites « intrusives » au sein des boutiques liées aux activités impliquant l'utilisation de cuir.

Devant leur nom à l'espèce de cuir qu'ils employaient le plus, le cordouan, peau de chèvre apprêtée suivant des procédés spéciaux, les cordouanniers révisèrent vers 1268 d'anciens statuts et les soumirent à l'homologation du prévôt Etienne Boileau. Le roi ayant cédé les revenus du métier à son chambellan et à son chambrier, c'était à ceux-ci que les ouvriers achetaient le droit de s'établir...

 

Guerre des cordonniers contre les corroyeurs
(Extrait de l'article paru dans le numéro 34)

Bien qu'ayant besoin les uns des autres, cordonniers et corroyeurs se livraient une guerre impitoyable. Tandis que les cordonniers donnaient des façons aux peaux, les corroyeurs confectionnaient des souliers : malheureusement pour les premiers, cette prétention des apprêteurs...

 

Procès opposant les savetiers aux cordonniers
(Extrait de l'article paru dans le numéro 34)

Afin de mettre fin à un procès pendant devant le parlement de Paris en 1571 et opposant les cordonniers aux savetiers au sujet de l'interprétation du troisième article de leurs statuts, les parties convinrent des termes d'une transaction prévoyant qu'il serait loisible aux cordonniers d'employer toute espèce de cuir, pourvu seulement qu'il fût de bon couroy...

 

 
Autres extraits de ce numéro de La France pittoresque
 
Commander ce numéro de La France pittoresque
 

 


 
Numéro 34
(Avril / Mai / Juin 2010)

 
Commander ce numéro de La France pittoresque